Bonjour     visiteurs jour : 26     Total clics   :   1250812       Sites associés 

Les joies de l'informatique et de l'internet !





Coucou et merci


 
Clics 378

LISA, la 2éme révolution d'Apple 

Une belle histoire gâce à Steve Jobs

En 1978, Steve Jobs et William Hawkins, responsable du marketing d'Apple, décidèrent qu'il était temps de lancer une nouvelle génération d'ordinateurs pour remplacer la gamme Apple II. En juillet 1979, le projet Lisa est mis en route. Ce n'est rien d'autre qu'une nouvelle machine Apple, destinée au marché des sociétés, et dont le prix est estimé à 2000 dollars.

"Lisa" est le prénom de la première fille de Steve Jobs, née en 1979

il peut aussi signifier "Local Integrated Software Architecture" si ça vous fait plaisir !

 

En 1979, Bill Atkinson, un des ingénieurs du projet Lisa, invite Steve Jobs à visiter le Palo Alto Research Center de Xerox (le PARC), un centre de recherche où des ingénieurs peuvent venir développer leurs idées avec le financement de Xerox. Conscient de l'importance des recherches des informaticiens qu'elle finance, Xerox interdit les visites... Xerox est autorisée à acquérir 5 % du capital d'Apple avant même son introduction en bourse. Jobs y fait deux visites et y découvre l'Alto, un ordinateur révolutionnaire utilisant une interface graphique dirigée par une souris. C'est ce même ordinateur qui avait donné le déclic à Jef Raskin dans ses recherches sur le Macintosh.

 

Jobs décide alors de réorienter le travail de l'équipe Lisa, et de créer une sorte d'Alto, entièrement repensé. Il serait faux de croire qu'Apple n'a fait que reprendre les idées de Xerox : une grande partie de l'interface graphique du Lisa a été entièrement créée chez Apple : les menus déroulants, la barre des menus, la souris à un bouton, le copier-coller, ou encore la corbeille, sont issus du travail du groupe Lisa. D'ailleurs, les ingénieurs de Xerox ne s'y trompèrent pas : ils furent une quinzaine à quitter le PARC pour rejoindre Apple.

 

En 1983, le Lisa est présenté. En raison du temps de développement, des technologies et du matériel utilisé, le prix est fixé à 9.995 dollars, assez loin des 2.000 prévus à l’origine. Il est équipé d'un processeur 68000 de Motorola cadencé à 5 Mhz, d'un Mo de Ram, de deux lecteurs de disquettes 860 ko de 5 pouces 1/4, d'un disque dur de 5 Mo hérité de l'Apple III, d'un clavier détachable et d'un écran affichant en 720 pixels sur 364. Tous les logiciels nécessaires à son utilisation sont fournis avec la machine, puisque celle-ci est incompatible avec tous les ordinateurs existants.


Ce fût le premier ordinateur d'Apple à intégrer une GUI (Graphique Utilisateur Interface ou interface graphique)
Ainsi Lisa proposa la première interface graphique avec souris et clic sur des icônes. C’était révolutionnaire. Alors que les traitements de texte offraient une pagination approximative (mode texte) et qu'il fallait jouer de patience pour intégrer une image à la position voulue sur un document, Lisa offrit le WYSIWYG !
 

Le bouton Marche/Arrêt passe l'ordinateur dans un mode de veille après l'exécution d'une procédure de sauvegarde des documents ouverts. Un numéro de série, unique pour chaque Lisa est intégré à l'électronique. Il peut être lu via un logiciel à des fins d'identification (sur réseaux par exemple). C'est aussi une bonne méthode anti-piratage car chaque logiciel, dès la première installation, était marqué du numéro de série. (Intel se serait-il inspiré des idées d'Apple lors de la conception de son Pentium ?)

 

La sauvegarde de la disposition du bureau se fait automatiquement avant l'extinction du système.
'Scavenger' est un utilitaire qui reconstruit automatiquement le catalogue du disque en cas de plantage (certaines infos sur les fichiers sont dupliquées en prévision).

Une grande liberté est donnée à l'attribution d'un nom de fichier car le nom physique (stocké sur disque) est différent du nom logiciel (géré comme une information sur le fichier).

Les logiciels peuvent co-exister en RAM et leurs données sont partageables entre elles: LisaWrite (traitement de texte), LisaCalc (Tableur), LisaGraph (Grapheur), LisaDraw (Dessin), LisaGuide, LisaProject (Projet), LisaList (Base de donnée). L'ensemble est plus connu sous le nom de "7/7". Hélas la compatibilité de ses (rares!) logiciels avec ceux des autres ordinateurs n'était pas le point fort de Lisa : l'ordinateur fût même, au début, incompatible avec Macintosh qui était pourtant un projet similaire d'une équipe d'Apple.

 

Voici une partie de l'équipe Lisa que Stève Jobs dirigeait

 

Richard Page dit "Rich"
Bill Atkinson pour l'interface graphique
Steve Capps pour l'interface graphique
Larry Tessler (ancien employé au développement SmallTalk de Xerox)
John Couch, responsable du Soft (ancien employé de Hewlett-Packard)
Ken Rothmueller, responsable de l'engineering

(ancien employé de Hewlett-Packard)

 

Lors de la réorganisation de la société Apple en 1980, Jobs fût écarté de la tête du projet et Couch le remplaça. Ce fût un choc pour Steve qui s'était investi à fond la création de Lisa. Cet ordinateur était son oeuvre comme l'Apple II avait été celle de Wozniak.

La grande majorité des logiciels de Lisa fût développée en langage Pascal et en assembleur 68000.

Les rumeurs au sujet du Macintosh, le "petit Lisa", commencèrent à se répandre, et limitèrent les achats du Lisa... Pour tenter de relancer les ventes, Apple présente en 1983 un nouveau Lisa sans logiciels, au prix de 6.995 dollars.

L'arrivée en fanfare de Macintosh dès Janvier 1984 retira tout espoir de survie à la toute nouvelle version de Lisa
 
Échec financier, Lisa n'a pas eu le succès espéré par Apple mais il représente la volonté de proposer une nouvelle approche de la micro-informatique: celle de la SIMPLICITE et pour cela Lisa restera une machine d'exception.

 

Extraits des sites     silicium      Les micros Apple en photo        L’aventure Apple

 

 

Quelques photos

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

La grosse boite sur l'écran n'est pas

l'imprimante mais le disque dur de 5 Mo !

 

 


 

Bill Gate n'avait plus qu'a copier pour son Window (merdique ! puis window 3 un peu mieux puis Windows 95 très merdique puis Windows 98 très bien, Window XP bien et enfin Vista pour lequel il est trop tôt pour dire quoi que ce soit de définitif
 
Mai 2010 : Vista s'est révélé très médiocre mais imposé par les constructeurs de matériel il s'est vendu par millions. Aujourd'hui Windows 7 remplace avantageusement Vista. Néanmoins ils semble bien que la devise de Microsoft soit : faisons un système d'exploitation qui bouffe le maximum de ressources pour permettre aux constructeurs de matériel de poursuivre leur course en avant. Ceci expliquerait bien  la façon dont ces constructeurs ont imposé Vista. Business is business. 
 

 

 

Lisa d'Apple

Vos messages sont modérés.   Les visiteurs non inscrits ont leur pseudo préfixé par x_.   Merci de respecter la loi et les personnes.

Votre message -->

Classement
par date
croissante.
décroissante.
Pseudo     Le 17-8-2018.   Titre  


Jean le 17-5-2010. Bonjour Kyro
Très juste le disque faisait 5 millions de caractères !
ça fait plaisir de voir qu'il y en a qui suivent ;-)


Kyro le 9-5-2010. 5MB pas 5GB
Le disque fait 5MB pas 5GB ....


AA le 6-7-2009. BB
CC


Jean le 11-12-2008. Comme le temps passe
Nous avons l'impression de voyager dans la préhistoire de l'informatique et pourtant c'était hier et c'était fabuleux.


Robert le 24-5-2007. C'était la page nostalgie !

 

Total des visiteurs  :    493550   dont aujourd'hui :   26    En ligne actuellement :  1      Total des clics   1250812